FLUIDO Lit Fluidisé ®

Voir la vidéo sur notre chaine Youtube


FLUIDO ®  Lit Fluidisé

pour 6, 9 ou 15 EH

Les microstations  FLUIDO® Lit Fluidisé sont des solutions d’épuration compactes permettant de traiter les eaux usées domestiques. Leur fonctionnement repose sur le principe de l’IFAS (Integrated Fixed-film Activated Sludge), technologie basée sur la culture fixée sur supports mobiles.


1. Description générale de FLUIDO® Lit Fluidisé

L’unité de traitement des eaux usées de FLUIDO® Lit Fluidisé se compose d’une cuve monobloc compartimentée en trois zones, assurant chacune une phase du traitement : un bassin de décantation primaire, un réacteur biologique et une cellule de clarification.

La microstation est pilotée et contrôlée par un coffret de commande. Il peut être placé à l’intérieur de l’habitation comme en extérieur.

microstation-FLUIDO

   *  FLUIDO Lit Fluidisé est le nom commercial de la PURESTATION
   qui a obtenu l’agrément sous le numéro 2014 – 019

2. Les avantages de FLUIDO® Lit Fluidisé

  • Les avantages de FLUIDO® Lit Fluidisé
  • Solution monocuve, simple de conception et robuste. Pas d’assemblage.
  • Faible hauteur : < 1,63m
  • Pose en nappe phréatique
  • Ultra compacte : < 5 m² d’emprise au sol (6 EH)
  • Maniable & simple à poser: < 250 kg (6 EH). Pose en moins d’1 journée. « Plug & Play ».
  • Technologie la plus environnementale. A partir de la pollution domestique et d’un apport d’oxygène la bactériologie créée dans la FLUIDO digère cette même pollution, sans polluer un média naturel ou artificiel.
  • . Qualité de fonctionnement avec tests poussés en conditions de surcharge, sous charge et intermittence
  • Maintenance de 100% des équipements, dont ceux dans l’enceinte de traitement
  • Aucun élément électrique ou d’usures dans l’enceinte de traitement
  • Sans odeur et sans colmatage

3. Principe de fonctionnement

Les microstations FLUIDO® Lit Fluidisé fonctionnent selon le principe épuratoire de la technologie IFAS** (Integrated Fixed-film Activated Sludge) combinant une culture fixée sur supports mobiles et des boues activées.

La culture fixée sur supports mobiles est très performante durant toutes les phases de stress, en particulier lors de la surcharge. La culture libre apporte, quant à elle, un meilleur comportement lors des phases de souscharge.

FLUIDO Lit Fluidisé

Compartiment 1 : Décanteur Compartiment 2 : Réacteur Bassin de réactions avec supports mobiles Compartiment 3 : Clarificateur

Le décanteur primaire (passif) a pour vocation de piéger une partie des matières solides, et donc de limiter leur progression dans les autres compartiments.

Le réacteur biologique est rempli de modules flottants (dépôt de brevet en PP et Hêtre) et libres servant de supports de fixation. La diffusion de l’air dans le réacteur biologique est assurée de manière séquentielle par 2 aérateurs à membranes microperforées, placés en fond de compartiment, assurant un micro-bullage qui contribue à la qualité de la bactériologie.

Le dispositif de traitement nécessite une alimentation en air pilotée par un compresseur depuis une unité de contrôle  disposée à proximité de la cuve. Une pompe par injection d’air (ou airlift) placée dans le décanteur primaire permet de transférer les eaux prétraitées dans le réacteur biologique, de façon séquentielle.

Deux pompes par injection d’air (airlift) placées dans le clarificateur permettent de faire recirculer les boues dans le décanteur primaire et dans le réacteur biologique. Cette double-recirculation (brevetée) permet à la microstation de supporter plus facilement les éventuelles périodes de sous-charge.

Aucun élément électromécanique, ni turbine, ni moteur, n’est utilisé dans les différents bassins de traitement.

3.1 

Le décanteur primaire collecte l’ensemble des eaux usées. Ce prétraitement permet de piéger les matières les plus lourdes (matières minérales) au fond et les matières les plus légères en surface (graisses, etc.). En complément, une réaction anaérobie au sein du décanteur permet la minéralisation des boues. L’eau prétraitée est ensuite envoyée dans le bassin de réactions par l’airlift 1. Le débit de cet airlift dépend de la hauteur d’eau dans le bassin. En dessous d’une certaine hauteur d’eau dans le décanteur, l’airlift se désamorce afin de laisser un volume suffisant pour le traitement anaérobie. Ce séquençage des transferts va permettre de disposer d’un volume tampon utile pour absorber les fortes charges hydrauliques en entrée.

3.2 Deuxième phase : le traitement biologique

Les eaux usées provenant du décanteur primaire arrivent dans le bassin de réactions où des supports sont en suspension libre. La biomasse épuratrice va se fixer aux supports sous la forme de biofilms. A l’aide de diffuseurs membranaires et la formation de fines bulles commandés par l’automate, des périodes d’aération et de repos sont alternées. La succession de périodes aérobies et anoxiques permet la digestion de la charge organique et azotée par la biomasse. Les supports mobiles, en suspension dans le bassin de réactions, seront mis en mouvement par l’aération.

Le biofilm se constitue sur les supports. Il est en permanence en construction et en renouvellement entre supports. La configuration des supports mobile empêche  leur agglomérat, et un quelconque colmatage. L’arrivée des eaux usées est réalisée par l’airlift 1: le niveau d’eau monte alors dans le bassin de réactions et chasse une quantité d’eau équivalente dans le compartiment de clarification via le système de surverse.

3.3

Les eaux épurées arrivent par surverse du bassin de réactions. Un coude plongeur maintient la clarté des eaux superficielles du clarificateur. Les boues résiduelles subissent alors une dernière clarification. Les boues s’accumulant au fond de la cuve sont recirculées dans le bassin de réactions par un deuxième airlift. Cet airlift a une forme en T, ce qui permet deux points d’aspiration des boues, et ainsi une recirculation efficace. Un troisième airlift, en forme de U, permet une seconde recirculation, dirigée vers le bassin de décantation primaire. L’une des recirculations est dirigée vers le bassin de réactions afin de ne pas l’appauvrir en biomasse, l’autre vers le décanteur primaire afin de stocker l’excès de boues secondaires produites.

3.4 Armoire de contrôle

Après avoir procédé à l’installation complète de la , la mise en fonctionnement de l’armoire peut être effectuée de la manière suivante :

  • Mise sous tension de l’armoire de contrôle : Mettre l’interrupteur général sur « I » (marche).
  • Dans le coffret électrique, placer le disjoncteur différentiel (repère F50) sur la position « ON ». Le voyant lumineux vert, indiquant le fonctionnement de l’armoire, s’allume. Le voyant lumineux jaune, avertissant un dysfonctionnement de l’armoire, clignote. Le programme de traitement de l’automate Schneider Electric Zelio (repère PLC) se lance automatiquement. Il utilise des paramètres préenregistrés. Il reste à régler la date et l’heure afin que les cycles préprogrammés soient bien en phase avec le cycle d’occupation de la maison.
  • Placer ensuite le disjoncteur magnétothermique (repère F60) sur la position « ON ». Le compresseur est mis sous tension et alimente, sous le contrôle de l’automate, les airlifts et l’aération de la station.

   


4.  : le protocole AFSSET*

Après obtention de l’agrément et du marquage CE, la microstation FLUIDO® Lit Fluidisé a été soumise à des tests supplémentaires : le protocole AFSSET (DGS/080022) et des essais poussés d’intermittence, soit :

  • Protocole complet AFSSET : surcharge de 200% pendant 1 mois, soit  l’équivalent théorique  de12 EH (1800 litres), ou  l’équivalent pratique de 22 personnes (80litres / personne) ;Une première phase d’intermittence de 5 semaines, correspondant à une résidence principale lors d’un départ en vacances de toute la famille;
  • Une seconde phase d’intermittence de 10 semaines, correspondant à une résidence secondaire, avec une visite à chaque vacance scolaire ;
    • en phase nominale,
    • en phase de stress, lors des surcharges et des sous charges,
    • et en phases de stress lors des intermittences.Une troisième phase d’intermittence de 4 mois, correspondant à une résidence secondaire, avec une visite semestrielle ou annuelle.Les résultats obtenus, confirmés et certifiés par le CERIB, prouvent une très bonne réactivité de la microstation FLUIDO® Lit Fluidisé :
   AFSSET : Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail,
   établissement public administratif de l'État placé sous la tutelle des
   ministres chargés de la santé, de l'écologie et du travail.

* Protocole AFSSET : protocole d’évaluation technique pour les installations d’assainissement non collectif dont la charge est inférieure ou égale à 20 équivalents habitants


5.

FLUIDO 6 EH

Capacité nominale (EH) Longueur totale (mm) Largeur totale (mm) Hauteur totale (mm) Fil d’Eau Entrée (mm) Fil d’Eau Sortie (mm) Poids total (kg) Emprise au sol (m²)
6 3420 1200 1630 340 440 250 5

Rehausses : Si les conditions de pose l’exigent, les regards peuvent être prolongés par des rehausses (20 cm ou 40 cm). Les profondeurs des fils d’eau d’entrée et de sortie sont donc décalées d’autant.


6. Conditions générales de pose

La manipulation de la microstation se fait en arrimant une élingue aux anneaux de levage de la station. La microstation  dispose également de passages pour les fourches d’un transpalette. La pose et l’installation doivent être réalisées par un professionnel.

La station sera posée près du logement et complètement enterrée. Les prescriptions du fabricant doivent être scrupuleusement respectées. La station doit être placée à une distance minimale de 35 mètres de tout point de captage d’eau. Toute plantation est à proscrire au-dessus des ouvrages enterrés. La fouille doit être réalisée au minimum à 3m des fondations de l’habitation (selon le type de sol et selon la décision de la société de terrassement, elle peut être plus proche).

Lors du choix de l’implantation de l’installation, il conviendra de veiller à ce que l’accessibilité de la microstation pour l’entretien et la vidange soit maintenue dans le temps. Il faudra également veiller à installer le coffret de commande dans un endroit accessible, dépourvu de poussières, suffisamment ventilé, et non inondable.

eaux usées et d'évacuation des effluents6.1 Modalités de réalisation des branchements électriques

  • Vérifier que l’ensemble des éléments est hors tension.
  • Le raccordement de l’armoire de contrôle devra être conforme aux prescriptions techniques de la norme NF C 15-100.

Il est conseillé de connecter l’armoire à un disjoncteur correctement dimensionné pour assurer la protection du câble d’alimentation électrique contre les surintensités, selon la norme NF C 15-100.

  • Vérifier que l’interrupteur général soit en position « O » (arrêt – armoire hors tension).
  • Faire passer le câble d’alimentation électrique par le passe-fil dédié puis le brancher aux connecteurs de la boite de raccordement : une phase, un neutre et une terre.
    • Fil marron : Phase
    • Fil bleu : Neutre
    • Fil jaune/vert : Terre

6.2 Modalités de réalisation des raccordements hydrauliques

Raccorder les tuyaux d’alimentation et d’évacuation, en respectant une pente de 2 à 4% afin d’assurer l’écoulement gravitaire (entrée/sortie de FLUIDO en PVC à coller).

La vérification de l’étanchéité des raccordements hydrauliques doit être faite.

6.3 Modes d’alimentation des eaux usées et d’évacuation des effluents

  • Alimentation : Les eaux usées peuvent arriver dans la station de traitement soit gravitairement, soit par l’intermédiaire d’une pompe de relevage. La première cuve étant équipée d’un volume tampon et d’un airlift de transfert, les à-coups hydrauliques, pouvant être générés, ne nuisent pas au fonctionnement de l’installation.
  • : Les eaux épurées provenant du dernier élément de traitement du système d’épuration individuelle sont évacuées selon les prescriptions techniques de l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié.

6.4 Modalités de ventilation et/ou évacuation des gaz ou odeurs

Le traitement biologique des eaux usées, notamment dans le premier compartiment de la cuve, génère des gaz de fermentation, de ce fait une bonne ventilation est nécessaire.

La circulation de l’air doit se faire à l’inverse de celle des eaux usées.

La sortie prévue à cet effet sur la cuve doit ensuite être raccordée au faîte du toit de la maison. Le raccordement doit être fait en tube PVC de diamètre 100mm minimum via un raccord à joint de diamètre 110mm.

L’extrémité du système de ventilation sera munie d’un extracteur statique ou éolien situé au minimum à 0,40m au-dessus du faîtage et à au moins 1m de tout ouvrant et toute autre ventilation.

6.5 Durée de

La phase de mise en route de la station est de 20 semaines. Elle correspond au temps nécessaire pour le développement d’une biomasse spécifique permettant le bon traitement des eaux usées. L’ensemencement selon les circonstances domestiques peut être long.


7. Entretien et maintenance

Conformément à l’article 15 de l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié, l’usager est tenu d’entretenir son installation. Toutes les opérations d’entretien et de maintenance doivent être réalisées par des professionnels habilités. Ainsi, il est fortement conseillé à l’usager de souscrire un contrat d’entretien auprès de son installateur.

Toute maintenance réclame l’arrêt de la microstation d’épuration. Cet arrêt doit se faire sur l’armoire de contrôle en actionnant l’interrupteur général.

Conformément à l’arrêté du 7 septembre 2009 modifié définissant les modalités d’agrément des personnes réalisant les vidanges et prenant en charge le transport et l’élimination des matières extraites des installations d’assainissement non collectif, les boues produites par les installations d’assainissement non collectif constituent des matières de vidange. Elles doivent être extraites et éliminées par un vidangeur agréé selon les dispositions réglementaires en vigueur, contre remise d’un exemplaire du bordereau de suivi des matières de vidange.

8. Précautions nécessaires afin de ne pas altérer ou détruire des éléments de l’installation

  • Respecter les consignes d’utilisation et d’entretien
  • Aucune plantation ne doit être effectuée à proximité immédiate de la cuve
  • Ne pas nettoyer l’armoire de contrôle avec un jet d’eau
  • S’assurer de la qualité du réseau d’alimentation électrique : 230V 50Hz. Attention aux surtensions et micro-coupures.

9. Ecoresponsabilité – Développement durable

La microstation FLUIDO® Lit Fluidisé est constituée de :

  • une cuve en polyéthylène, matériau recyclable et revalorisable énergétiquement ou mécaniquement.
  • une armoire de contrôle avec ses composants électriques et le compresseur. Cet ensemble peut intégrer la filière de recyclage pour les déchets électroniques et électriques.
  • tubes et raccords en PVC (polychlorure de vinyle), qui intègrent la filière de revalorisation mécanique du PVC (micronisation…).

La durée de vie des matériaux utilisés est estimée supérieure à 20 ans pour la cuve, 15 ans pour la tuyauterie.

 

FLUIDO-Lit-Fluidise


Liens Utiles :

agrément 2014 – 019 FLUIDO Lit Fluidisé nom commercial de PURESTATION  

 Fiche produit FLUIDO Lit Fluidisé


   Page Produit FLUIDO Lit Fluidisé – Microstation à lit fluidisé pour 6, 9 ou 15 EH
   © Service Communication STOC Environnement